Free access
Issue
Vet. Res.
Volume 32, Number 3-4, May-August 2001
Mechanisms of resistance to antibiotics in animal and zoonotic pathogens
Page(s) 285 - 290
DOI http://dx.doi.org/10.1051/vetres:2001125
How to cite this article Vet. Res. (2001) 285-290
DOI: 10.1051/vetres:2001125

Vet. Res. 32 (2001) 285-290

Epidemiology of resistance to quinolones in Salmonella

Flemming Bagera and Reiner Helmuthb

a  Danish Veterinary Laboratory, 27 Bülowsvej, DK-1790 Copenhagen, Denmark
b  Bundesinstitut für gesundheitlichen Verbraucherschutz und Veterinärmedizin, Diedersdorfer Weg 1, 12277 Berlin, Germany

(Received 22 February 2001; accepted 15 March 2001)

Abstract
Fluoroquinolones account for about 11% of antimicrobial prescriptions in human medicine worldwide and represent the drug of choice for the treatment of a wide range of human infectious diseases. They were introduced into veterinary medicine in Europe in the late 1980s and early 1990s and in the USA in 1995. Following their introduction, resistant strains of bacteria, including Salmonella, started to emerge. Resistance to quinolones depends on chromosomal mutations and the subsequent spread of resistant clones. While the selective pressure caused by the use of quinolones facilitates their epidemic transmission, the resistant mutants may spread independently of quinolone use. In view of the key role of this group of antimicrobials in human medicine and the position of Salmonella as the leading cause of food-borne infections in many countries, the public health hazard posed by quinolone-resistant zoonotic Salmonella serovars has been a subject of concern. The fluoroquinolones are on the WHO list of drugs that should be reserved for human use. Considering the mounting evidence that quinolone-resistant zoonotic Salmonella are the cause of severe, sometimes fatal, infections in humans, the use of fluoroquinolones in food animals should be discontinued or severely restricted. Such an intervention should be accompanied by prudent use measures involving all other groups of antimicrobials to reduce the need for fluoroquinolones in veterinary medicine.

Résumé
Épidémiologie de la résistance aux quinolones chez Salmonella. Les fluoroquinolones représentent environ 11 % de la totalité des prescriptions d'antibiotiques en médecine humaine et sont les antibiotiques de choix pour le traitement d'une grande variété de maladies infectieuses humaines. En médecine vétérinaire, ils ont été introduits en Europe à la fin des années 80-début des années 90, et aux USA en 1995. Après leur introduction, des souches de bactéries résistantes, dont des Salmonella, ont commencé à émerger. La résistance aux quinolones est due à des mutations chromosomiques et à la propagation ultérieure de clones résistants. Alors que la pression de sélection par utilisation de quinolones facilite leur transmission épidémique, les mutants résistants peuvent se propager indépendamment de l'utilisation de quinolones. Étant donné le rôle-clé de ce groupe d'antibiotiques en médecine humaine, et le fait que Salmonella soit la cause principale des infections alimentaires dans de nombreux pays, le problème est posé du risque pour la santé publique dû à des sérovars de Salmonella zoonotiques résistants aux quinolones. Les fluoroquinolones sont sur la liste de l'OMS des antibiotiques qui devraient être réservés à la médecine humaine. Considérant qu'il est de plus en plus évident que les Salmonella zoonotiques résistantes aux quinolones sont la cause d'infections sévères, quelquefois fatales chez l'homme, l'utilisation de fluoroquinolones chez les animaux entrant dans la chaîne alimentaire devrait être interrompue ou sévèrement restreinte. Une telle intervention devrait être accompagnée de mesures pour une utilisation prudente de tous les autres antibiotiques afin de réduire la nécessité d'utiliser des fluoroquinolones en médecine vétérinaire.


Key words: quinolone resistance / epidemiology

Mots clés : résistance aux quinolones / épidémiologie

Correspondence and reprints: Reiner Helmuth Tel.: (49) 30 8412 2233; fax: (49) 30 8412 2953;
    e-mail: r.helmuth@bgvv.de

© INRA, EDP Sciences 2001