Free access
Issue
Vet. Res.
Volume 33, Number 5, September-October 2002
Parasitism in herbivores: evolution of breeding management and environmental demand
Page(s) 575 - 597
DOI http://dx.doi.org/10.1051/vetres:2002040
How to cite this article Vet. Res. (2002) 575-597


Vet. Res. 33 (2002) 575-597
DOI: 10.1051/vetres:2002040

The use of urban sewage sludge on pastures: the cysticercosis threat

Jacques Cabareta, Stanny Geertsb, Marylin Madelinec, Céline Ballandonnec and Dominique Barbierc

a  PAP, INRA, 37380 Nouzilly, France
b  Prince Leopold Institute of Tropical Medicine, 155 Nationalestraat, 2000 Antwerpen, Belgium
c  Faculty of Pharmacy, Parasitology Laboratory, Bvd Becquerel, 14032 Caen, France

(Received 23 October 2001; accepted 26 March 2002)

Abstract
Urban sewage production is increasing and its agronomical use as a fertiliser has been advocated. Considerable defiance is prevalent in consumers and among farmers on the use of such fertilisers due to unknown pathological or environmental risks. The aim of the present review was to consider which pathological risk is major. Cysticercosis due to Taenia saginata appears to be one of the major pathological threats when sewage sludge is used to fertilise cattle pastures in temperate areas. The situation is different in Africa (Taenia solium and T. saginata are both highly prevalent) and Asia (Taenia saginata-like are prevalent). The processing of sludge and the delay between its application onto a pasture and grazing are probably major risk factors. Little data are available on the influence of processing, delay between processing and the use of sludge on the pathogenic risk. Producers and consumers will be more confident on the use of sludge if objective data are gained on risk. Most of the cases of cysticercosis (North America, United-Kingdom, Germany or Denmark) are related to poor human hygiene or accidental overflooding of sewage plants onto pastures. The standard application of sludge on pastures is apparently at low risk. This low risk does not mean that surveillance should cease since outbreaks of cysticercosis have been reported. Future investigations should concentrate on the most sustainable means of reducing risk (length of storage before use, composting, other treatments).

Résumé
L'utilisation des boues d'épuration urbaine sur les pâturages : le risque de cysticercose. La production de boues urbaines résiduaires est en augmentation. Leur emploi agronomique comme fertilisant a été proposé. Une méfiance profonde des consommateurs ou des exploitants agricoles quant à l'emploi des boues urbaines en tant que fertilisants est réelle, qu'il s'agisse de risque pathologique ou environnemental. Le but de cette synthèse est de déterminer quel est le risque pathologique majeur. L'infestation par Taenia saginata semble être le risque le plus important en relation avec l'application de boues d'épandages sur les pâturages bovins dans les régions tempérées. La situation est différente en Afrique (Taenia solium et T. saginata sont tous les deux très prévalents) et en Asie (les Taenia ressemblant à T. saginata ont un spectre d'hôtes herbivores assez large). Les processus de fabrication des boues et le délai entre le dépôt sur pâture et l'accès à la pâture sont sans doute des facteurs essentiels du risque. De rares données sont disponibles quant au délai et au traitement pour ce qui concerne leur pouvoir pathogène. Elles devraient être développées afin d'améliorer la confiance entre producteurs et consommateurs, sur des bases objectives. Le risque lié à l'épandage est faible comme le montrent des études aux USA, en Grande-Bretagne, Allemagne ou Danemark. La principale cause de risque repose sur un faible niveau d'hygiène humaine ou sur des mauvaises gestions des flux par les stations d'épuration qui déverseront sur des pâturages accidentellement des boues non traitées. Bien que le risque soit faible, la surveillance doit être maintenue car des épidémies locales ont été recensées. Les voies de recherches devraient être centrées sur les moyens durables de réduction du risque, à savoir, l'augmentation des durées de stockage des boues, leur compostage, ou d'autres traitements.


Key words: urban sludge / parasite / cysticercosis / cattle / human

Mots clés : boue urbaine / parasite / cysticercose / bovin / humain

Correspondence and reprints: Jacques Cabaret Tel.: (33) 2 47427768; fax: (33) 2 47427774;
    e-mail: cabaret@tours.inra.fr

© INRA, EDP Sciences 2002