Free access
Issue
Vet. Res.
Volume 33, Number 5, September-October 2002
Parasitism in herbivores: evolution of breeding management and environmental demand
Page(s) 547 - 562
DOI http://dx.doi.org/10.1051/vetres:2002038
How to cite this article Vet. Res. (2002) 547-562


Vet. Res. 33 (2002) 547-562
DOI: 10.1051/vetres:2002038

Use of anthelmintics in herbivores and evaluation of risks for the non target fauna of pastures

Jean-Pierre Lumaret and Faiek Errouissi

Laboratoire de Zoogéographie, Université Paul Valéry-Montpellier 3, route de Mende, 34199 Montpellier Cedex 5, France

(Received 14 January 2002; accepted 30 April 2002)

Abstract
The overall purpose of this paper was to review the major and most recent literature relating the effects of anthelmintics on dung breeding invertebrates and dung degradation. Faecal residues or metabolites of drugs belonging to the benzimidazole and levamisole/morantel groups are relatively harmless to dung fauna, on the contrary to other anthelmintics such as coumaphos, dichlorvos, phenothiazine, piperazine, synthetic pyrethroids, and most macrocyclic lactones which have been shown to be highly toxic for dung beetles (abamectin, ivermectin, eprinomectin, doramectin), among which moxidectin was the less toxic for dung beetles. To date, the detrimental impact upon non-target organisms has been considered acceptable in eradicating the parasites because of their economic importance to commercial livestock production. The consequences of routine treatments are discussed with consideration of the long-term consequences for cow pat fauna and sustainable pastureland ecology.

Résumé
Usage des anthelminthiques en élevage et évaluation des risques pour la faune non cible du pâturage. Cet article de synthèse passe en revue les travaux de la littérature les plus récents concernant les effets secondaires des principaux produits vétérinaires utilisés en routine sur la faune coprophage et sur la dégradation des excréments dans les pâturages. Les résidus (ou les métabolites) des groupes du benzimidazole et levamisole/morantel trouvés dans les excréments s'avèrent relativement peu toxiques pour la faune coprophage. Au contraire les anthelminthiques des groupes suivants s'avèrent hautement toxiques: coumaphos, dichlorvos, phénothiazine, pipérazine, pyréthroïdes de synthèse, et la plupart des lactones macrocycliques (abamectine, ivermectine, éprinomectine, doramectine), la moxidectine étant la moins toxique pour la faune coprophage. Jusqu'à présent, cet impact négatif a été considéré comme acceptable par les éleveurs et firmes pharmaceutiques en regard de l'importance économique du contrôle et/ou l'éradication des parasites. Les conséquences des traitements de routine sont discutées en considérant que l'absence de dégradation des bouses constatée localement peut malgré tout s'accompagner d'une érosion silencieuse de la biodiversité, avec un déséquilibre à long terme du fonctionnement des pâturages.


Key words: anthelmintic / residue / dung beetle / Diptera / sustainable parasite control

Mots clés : anthelminthique / résidus / coléoptère coprophage / diptère / contrôle raisonné des parasites

Correspondence and reprints: Jean-Pierre Lumaret Tel.: (33) 4 67 14 23 16; fax: (33) 4 67 14 24 59;
    e-mail: jean-pierre.lumaret@univ-montp3.fr

© INRA, EDP Sciences 2002