Free access
Issue
Vet. Res.
Volume 33, Number 5, September-October 2002
Parasitism in herbivores: evolution of breeding management and environmental demand
Page(s) 465 - 480
DOI http://dx.doi.org/10.1051/vetres:2002033
How to cite this article Vet. Res. (2002) 465-480


Vet. Res. 33 (2002) 465-480
DOI: 10.1051/vetres:2002033

Sheep and goat nematode resistance to anthelmintics: pro and cons among breeding management factors

Anne Silvestrea, Vincent Leignelb, Boumadiane Berragc, Nadine Gasniera, Jean-François Humbertd, Christophe Chartiere and Jacques Cabareta

a  INRA, Pathologie Aviaire et Parasitologie, 37380 Nouzilly, France
b  Université du Maine, Biologie et Génétique Evolutive, avenue Olivier Messiaen, 72000 Le Mans Cedex 09, France
c  Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, Rabat Instituts BP 6202, Rabat, Morocco
d  INRA, Hydrobiologie Lacustre, 75 av. de Corzent, BP 511, 74203 Thonon, France
e  AFSSA, Laboratoire d'études et de recherches caprines, 60 rue de Pied de Fond, BP 3081, 79012 Niort Cedex, France

(Received 22 November 2001; accepted 28 February 2002)

Abstract
Although the molecular bases of resistance to anthelmintic families have been intensively studied, the contributing factors for the development of anthelmintic resistance are less well known. Clear recommendations must be given to farmers in order to delay the onset of anthelmintic resistance. Until now, the main advice has concerned the reduction of treatment frequency in order to slow down the spread of resistance. Anthelmintic resistance development depends mostly on an efficient selection pressure. This means that a high treatment frequency is neither necessary nor sufficient to select for resistance. The contribution of resistant worms, which have survived an anthelmintic treatment, to the subsequent generation is the key factor that controls resistance spread. This point is illustrated by five surveys conducted on sheep and goat farms from France and Morocco. In the 52 farms studied, less than three anthelmintic treatments were given each year. Three characteristics of breeding management can be identified in the build up of anthelmintic resistance: (1) the introduction of resistant worms through the purchase of sheep/goats or the use of common pastures, grazed by several herds/flocks, (2) under-dosing of hosts and the repeated use of one class of drugs, (3) the size of the population in refugia (infective larvae on pastures) at the time of the treatment. The role played by these breeding management factors in selecting for resistance is discussed. The most efficient way to limit the increase of anthelmintic resistance remains the reduction of the selection pressure by drugs, and optimal timing to maximise their efficacy.

Résumé
Résistance aux anthelminthiques des nématodes de chèvres et de moutons : le rôle du mode d'élevage. Bien que les bases moléculaires de la résistance aux différentes familles d'anthelminthiques aient été très étudiées, les facteurs permettant le développement de la résistance anthelminthique sont moins bien connus. Des recommandations claires sont nécessaires aux éleveurs si l'on souhaite retarder l'apparition de la résistance aux anthelminthiques. La principale recommandation a consisté à réduire la fréquence des traitements de façon à ralentir le développement de la résistance. Le développement de la résistance anthelminthique dépend essentiellement d'une pression de sélection efficace. Cela signifie qu'une forte fréquence de traitements n'est ni nécessaire ni suffisante pour sélectionner la résistance. La contribution des vers résistants, qui ont survécu au traitement anthelminthique, à la génération suivante est le facteur clé qui contrôle le développement de la résistance. Ce point est illustré par cinq enquêtes réalisées dans des élevages ovins et caprins de France et du Maroc. Dans les 52 élevages étudiés, moins de trois traitements anthelminthiques par an étaient réalisés. Trois conditions d'élevage ont pu être mises en évidence comme étant impliquées dans le développement de la résistance anthelminthique : (1) l'introduction de vers résistants par l'achat de moutons ou de chèvres, ou par l'usage de pâturages communs à plusieurs troupeaux, (2) le sous-dosage des hôtes et l'usage répété d'une seule classe d'anthelminthiques, (3) la taille de la population " en refuge " (larves infestantes sur le pâturage) au moment du traitement. Le rôle joué par ces trois conditions d'élevage dans la sélection de la résistance est discuté. Le moyen le plus efficace de limiter l'augmentation de la résistance aux anthelminthiques est de réduire la pression de sélection par les molécules et d'optimiser la date des traitements pour prolonger leur efficacité.


Key words: resistance / nematodes / anthelmintic / sheep / goat / breeding management

Mots clés : résistance / nématode / anthelminthique / ovin / caprin / conditions d'élevage

Correspondence and reprints: Anne Silvestre Tel.: (33) 2 47427683; fax: (33) 2 47427774;
    e-mail: silvestr@tours.inra.fr

© INRA, EDP Sciences 2002