Free access
Issue
Vet. Res.
Volume 33, Number 1, January-February 2002
Page(s) 35 - 45
DOI http://dx.doi.org/10.1051/vetres:2001004
How to cite this article Vet. Res. (2002) 35-45


Vet. Res. 33 (2002) 35-45
DOI: 10.1051/vetres:2001004

Experimental model of Border Disease Virus infection in lambs: comparative pathogenicity of pestiviruses isolated in France and Tunisia

Fatma Thabtia, b, Laure Fronzarolia, Elyess Dlissib, Jean-Michel Guiberta, Salah Hammamib, Michel Pepina and Pierre Russoa

a  AFSSA, Site de Sophia Antipolis, Laboratoire d'Études et de Recherches sur les Petits Ruminants et les Abeilles, BP 111, 06902 Sophia Antipolis Cedex, France
b  Institut de la Recherche Vétérinaire de Tunisie, Laboratoire de virologie, 20 rue Djebel Lakhdar, La Rabta, 1006 Tunis, Tunisie

(Received 19 February 2001; accepted 6 August 2001)

Abstract
Pestiviruses have been isolated from live sheep pox Tunisian vaccines. Vaccination with these vaccines caused outbreaks of Border Disease in Tunisia. In order to study more precisely the pathogenicity of these isolates, three groups of eight four month old lambs from a pestivirus-free flock were infected by the intratracheal route with a French strain (AV) and two Tunisian isolates (SN3G and Lot21). Clinical, hematological, immunological and virological parameters were evaluated. The three groups developed mild fever and leucopaenia by day 3 to 6 post infection (pi). The differences in the weight curves were not significant. Viruses were isolated from the peripheral blood buffy coat cells by day 4 to 9 pi. Antibodies were present on day 16 pi following infection by the French strain and on day 21 pi with the Tunisian isolates. The results demonstrated that SN3G and Lot21 are almost similar to the French strain used as the reference strain. In field conditions, they could induce economical losses in naive flocks, alone or in association with other pathogens.

Résumé
Mise au point d'un modèle expérimental d'infection par un virus de la Border Disease chez les petits ruminants et étude comparée du pouvoir pathogène de deux isolats tunisiens et d'une souche française. Des pestivirus ont été isolés à partir de vaccins vivants anti-clavelée tunisiens. L'utilisation de ces vaccins a causé des foyers de Border Disease en Tunisie. Afin d'étudier plus précisément le pouvoir pathogène de ces isolats, 3 groupes de 8 agneaux de 4 mois issus d'un troupeau indemne de pestivirus ont été infectés par voie intratrachéale avec une souche française de référence (AV) et 2 isolats tunisiens (SN3G et Lot21). Les données cliniques, hématologiques, immunologiques et virologiques ont été suivies. Les 3 groupes ont développé une légère hyperthermie et une leucopénie entre le 3 $^{\rm e}$ et le 6 $^{\rm e}$ jour post inoculation (pi). Les courbes de poids ne montraient pas de différence significative. Des pestivirus ont été isolés à partir des cellules blanches du sang périphérique entre le 4 $^{\rm e}$ et le 9 $^{\rm e}$ jour pi. Des anticorps ont été mis en évidence 16 jours pi avec la souche française et 21 jours pi avec les isolats tunisiens. L'ensemble des résultats a montré que les 2 isolats tunisiens ont un pouvoir pathogène presque similaire à celui de la souche française; ils pourraient provoquer, dans les conditions du terrain, des pertes économiques, seuls ou en association avec d'autres agents pathogènes.


Key words: Pestivirus / ovine / sheep pox vaccine / pathogenicity

Mots clés : Pestivirus / ovin / vaccins anti-clavelée / pouvoir pathogène

Correspondence and reprints: Pierre Russo Tel.: (33) 492943727; fax: (33) 492943701;
    e-mail: p.russo@sophia.afssa.fr

© INRA, EDP Sciences 2002