Free access
Issue
Vet. Res.
Volume 33, Number 1, January-February 2002
Page(s) 101 - 106
DOI http://dx.doi.org/10.1051/vetres:2001010
How to cite this article Vet. Res. (2002) 101-106


Vet. Res. 33 (2002) 101-106
DOI: 10.1051/vetres:2001010

Microbial protein production determined by urinary allantoin and renal urea sparing in normal and low protein fed Corriedale sheep

Islamey Tebota, Alejandro Britosa, Jean Marie Godeaub and Alberto Cirioa

a  Departamento de Fisiología, Facultad de Veterinaria, Lasplaces 1550, C.P. 11600, Montevideo, Uruguay
b  Chaire de Biochimie Normale et Pathologique, Faculté Vétérinaire de Liège, Belgium

(Received 11 January 2001; accepted 17 September 2001)

Abstract
The aim of the present study was to compare the amount of microbial N entering the duodenum and the efficiency of N utilisation for microbial protein synthesis in normal (NP, 17.4 g N/d) and low protein (LP, 7.5 g N/d) fed Corriedale sheep. Renal functional tests for urea handling studies, and determination of urinary allantoin as an indirect method to estimate the microbial protein production were used. Although the N intake was 57% lower in LP sheep, the microbial N production was not very different between both diets (NP: 3.99 $\pm$ 0.01 vs. LP: 3.79 $\pm$ 0.02 g/d, P < 0.05). The efficiency of the microbial protein synthesis in the rumen, expressed as grams of microbial N per kg of digestible organic matter apparently digested in the rumen, was not statistically different for both diets. The urinary elimination of urea was reduced by 84% in LP sheep, essentially due to an important decrease in both renal plasma flow ( $-63\%$) and glomerular filtration rate ( $-71\%$). These haemodynamic changes would also reduce the filtered load and the urinary elimination of allantoin, thereby leading to an underestimation of the amount of microbial protein entering in the duodenum. Since the renal urea spared by the kidneys remains in the blood, it limits the drop of the available urea for ruminal recycling consecutive to a low nitrogen diet.

Résumé
Production de protéine microbienne mesurée par l'allantoïne urinaire et épargne rénale d'urée chez des moutons Corriedale en sous-alimentation protéique. L'objectif de cette étude a été de comparer la quantité d'azote microbien entrant dans le duodénum et l'efficacité de l'utilisation de l'azote pour la synthèse de protéines microbiennes, chez des moutons Corriedale soumis à un régime normoprotéique (NP, 17,4 g N/j) ou hypoprotéique (LP, 7,5 g N/j). Des tests de fonctionnement rénal pour étudier les transferts d'urée, et le dosage de l'allantoïne pour estimer la production de protéine microbienne ont été utilisés. Malgré une ingestion d'azote réduite de 57 % chez les moutons LP, la production d'azote microbien n'a pas été très différente entre les deux régimes (NP: 3,99 $\pm$ 0,01 vs. LP: 3,79 $\pm$ 0,02 g/j, P < 0,05). L'efficacité de la synthèse protéique microbienne dans le rumen, exprimée en grammes d'azote microbien par kg de matière organique apparemment digérée dans le rumen, n'a pas été statistiquement différente dans les deux régimes. L'élimination urinaire d'urée a été réduite de 84 % chez les moutons LP, grâce essentiellement à une importante diminution du débit plasmatique rénal ( $-63\%$) et de la filtration glomérulaire ( $-71\%$). Ces modifications hémodynamiques réduisant également la charge filtrée et la quantité d'allantoïne éliminée, peuvent être responsables d'une sous estimation de la quantité de protéine microbienne entrant dans le duodénum. L'urée épargnée au niveau rénal restant dans le sang, limite la baisse de l'urée disponible pour le recyclage dans le rumen, observée lors des régimes pauvres en azote.


Key words: microbial protein / allantoin / urea / sheep

Mots clés : protéine microbienne / allantoïne / urée / mouton

Correspondence and reprints: Islamey Tebot Tel.: (5982) 622 5640; fax: (5982) 628 0130;
    e-mail: itebot@montevideo.com.uy

© INRA, EDP Sciences 2002